TOP

    La troisième tranche de "Mon Voyage, Mon Inspiration" raconte l’histoireunique de Bader Al Lawati . Surnommé "l'Omanais Glacial", la passion de Bader et son désir pour la protection de l'environnement de son pays natal l'ont inspiré d'entamer un parcours éprouvant, mais non moins gratifiant, vers un lieu que très peu d'Omanais ont pu jamais visiter : l'Antarctique, là où la terre est glace.

    Les germes de la passion pour la protection et pour la préservation de l'environnement qui n'a eu de cesse d'habiter Bader remontent à son jeune âge, où enfant encore, il accompagnait sa famille aux excursions dans les superbes régions désertiques extrêmes, mais, ô combien accidentées, de son bien-aimé Oman. En grandissant, Bader a rapidement réalisé qu'il fallait que les choses changent si on veut que les générations futures puissent jouir de la beauté des paysages omanais. Aussi, depuis lors, s'est-il senti investi de la mission de s'impliquer dans les actions caritatives à travers l'organisation et la participation à des événements destinés à sensibiliser le grand public aux grands enjeux actuels de l'environnement.

    C'est donc grâce à son travail que Bader a pu être sélectionné, ainsi que 29 autres activistes à travers le monde, pour prendre part à une expédition à l'Antarctique avec ‘2041’,ONG fondée par Robert Swan, le premier homme de toute l'histoire de l'humanité à fouler le sol des deux pôles: Nord et Sud. Ce périple de deux semaines a changé radicalement la vie de Bader et des membres de son équipe, d'autant plus qu'il avait comme but de sensibiliser l'opinion mondiale à la problématique du changement climatique et à l'effet de ce dernier sur les communautés et les populations locales.

    "Je suis très fier de mon patrimoine et de ma patrie, et je voulais ressentir l'honneur de planter le drapeau d'Oman dans des contrées qu'il n'avait pas encore atteint. Cette expérience demeurera à jamais gravée dans mon cœur" a dit Bader.

    Le jeune écologiste entame son film en décrivant les premiers défis qu'il a rencontré pendant les phases préparatoires de son périple vers l'Antarctique. Parmi les séances de préparation physique et mentale épuisantes auxquelles il se soumettait celle de s'enfermer pendant dix minutes dans un congélateur plusieurs fois par jour, avant d'arriver à des séjours atteignant six heures dans une température en-dessous du point de congélation.

    "C'était l'expérience la plus enrichissante de toute ma vie. Là-bas, j'ai beaucoup appris des experts, et déjà de retour je sentais qu'il fallait que je fasse quelque chose d'encore plus grand que j'avais envisagé. Notre monde a changé si rapidement, et nos déchets ont connu une expansion tellement rapide, que je ressentais ce besoin inexorable de m'atteler à la problématique de sacs de plastique, qui était devenue une problématique écologique planétaire, avec des effets catastrophiques, si nous ne nous attaquions pas à ces problèmes aujourd'hui."

    De retour de son périple, qu'il décrit comme ayant réellement transformé sa vie, Bader a lancé une campagne en faveur du respect de l'environnement axée sur la réduction du phénomène 'sacs en plastique' en travaillant avec les chaînes de supermarchés et les distributeurs locaux.

    "Mon Parcours consiste tout simplement à dire à tout le monde qu'une personne avec une bonne idée peut apporter la différence et faire avancer les choses - il n'est pas nécessaire d'attendre jusqu'à ce qu'une organisation ou qu'un gouvernement veuille bien impulser des changements concrets. Tout ce qu'il faut c'est du dévouement et de l'inspiration. Si j'arrive à convaincre une seule personne d'essayer de faire quelque chose d'unique pour faire la différence, alors je pourrai dire que j'ai réussi mon parcours

    Suivez l'écologiste passionné sur Twitter, Instagram et Facebook.